Romuald Hazoumé

Biographie

D'origine Yoruba, Romuald Hazoumè grandit dans une famille catholique mais qui reste en contact avec les cultes des ancêtres. Hazoumé reste très profondément marqué par le vaudou. Après des études secondaires pendant lesquelles il ne cesse de pratiquer le dessin, il s'investit dans la sculpture et la peinture. Au milieu des années 80, il réalise ses premières sculptures à partir de bidons de récupération en plastique qui après une intervention minimale, deviennent des masques qui relatent subtilement sa vision critique des systèmes politiques africains.

Par sa double appartenance culturelle, Romuald Hazoumé fait l'épreuve d'une situation conflictuelle interne qui transparaît dans la création de ses masques, non pas réalisés suivant la tradition des Yoruba, mais totalement syncrétiques à partir de matériaux de récupération. A propos de ses masques, Hazoumé dit qu'il les voit "sortir". "Sortir" les masques, explique le chercheur malien Y. Tata Cissé, c'est "réitérer toutes les étapes de la création". Un des masques qui prend une place importante dans un rite Bambara est le masque "Tourbillon", figure du tourbillon primordial qui a présidé à l'émergence de la vie. Ainsi Hazoumé puise dans le vocabulaire des initiés pour préciser sa création.

Ses assemblages de matériaux de rebuts et d'objets désuets, qu'il utilise tels quels ou qu'il forme ou déforme, sont des représentations de sa vision de la société, de faits événementiels ou de problèmes planétaires. Ses masques pourraient être une réinterprétation moderne des phénomènes de transes pour la révélation sans pudeur des délires de l'actualité mondiale. Au contraire des masques traditionnels dont le porteur peut perdre sa personnalité, les masques d'Hazoumé sont l'exacte personnalité du porteur qu'ils figurent.

Romuald Hazoumé est très sensible à l'histoire (esclavage) comme aux pratiques actuelles du marché noir qui lui inspire, aujourd'hui, des oeuvres monumentales.

Quelques Oeuvres